Présentation de l'association SAMDI de Saint-Venant et Environs

presentationpage1

organigramme
Partager

Modes de financement des prestations et tarifs







JE PEUX BENEFICIER D'AIDES OU DE PRISE EN CHARGE

J'ai le droit à l'avantage fiscal, notamment pour les interventions suivantes :
     > Garde d'enfants : PAJE,
     > Assistance aux personnes âgées et/ou handicapeés : APA, PCH, Mutuelle ...
     > Entretien de la maison et travaux ménagers : réduction d'impôts, chèque CESU
     > Portage repas : APA, réduction d'impôts
     > Sortir d'hospitalisation, accident : Mutuelle, Carsat...

A NOTER :
L'Allocation Personnalisée d'Autonomie (APA) s'adresse aux personnes âgées de 60 ans et plus résidant à domicile ou en établissement et confrontées à des situations de perte d'autonomie.
Elle répond aux besoins particuliers de chaque bénéficiaire.

POUR VOUS AIDER :
Notre chargée d'évaluation estimera si votre niveau de dépendance justifie un recours à l'APA et établira, avec vous, si besoin, le dossier auprès du Conseil Général qui décide ensuite de la prise en charge et d'un plan d'aide.

JE SUIS RETRAITE(E)
Je peux bénéficier d'aides financières auprès de ma caisse de retraite

JE SOUHAITE OBTENIR UNE GARDE POUR MES ENFANTS
Je peux obtenir la prestation d'accueil du jeune enfant (PAJE)

A NOTER : il faut :
- Avoir un enfant de moins de 6 ans né, adopté ou recueilli en vue d'adoption à partir du 1er janvier 2004,
- Faire appel à une association qui emploie des gardes d'enfants à domicile, dans ce cas la garde d'enfant est assurée au domicile des parents,
- Faire garder votre enfant au moins 16 heures par mois,
- Avoir une activité professionnelle minimum, sauf si vous êtes :
     > bénéficiaire de l'allocation aux adultes handicapés (AAH),
     > au chômage et bénéficiaire de l'allocation d'insertion ou de l'allocation de solidarité spécifique
     > bénéficiaire du revenu de solidarité active (RSA), sous certaines conditions de ressources étudiées par votre CAF, et inscrit dans une démarche d'insertion,
     > étudiant (si vous vivez en couple, vous devez être tous les deux étudiants)

POUR VOUS AIDER :
Des aides spécifiques supplémentaires peuvent vous être accordées par certains organismes selon votre situation tels que : le Conseil Général, la Caisse Régionale d'Assurance Maladie, la Caisse de Retriate, la Caisse d'Allocations Familiales, les Mutuelles et Sociétés d'Assurances. Mais aussi le CESU préfinancé par votre employeur, pour cela renseignez-vous auprès de votre Comité d'Entreprise ou de votre employeur. Pour les personnes imposables une réduction d'impôts de 50% est parfois possible.

Nous sommes agréés par ces organismes et nous pouvons vous aider à effectuer les démarches administratives pour obtenir ces aides.


Partager

Portage de repas à domicile


MON REPAS SERVI A DOMICILE !

> Un repas livré le matin par notre personnel.

> Equilibré, il consiste en 2 entrées au choix, deux plats principaux avec son accompagnement (légumes, féculent), un fromage, un dessert.

A NOTER :
> Des menus "régime" sont aussi disponibles.

Transportés en liaison froide, ces repas sont non congelés.
Conservés dans le réfrigérateur, ils doivent être réchauffés dans un four à micro-ondes
Il est important de respecter la date limite de consommation.

DES PRISES EN CHARGE SONT POSSIBLES :
J'ai plus de 60 ans, je peux bénéficier d'une participation de l'APA (Allocation Personnalisée d'Automonie).

A NOTER :
Le portage ouvre droit à une réduction d'impôts
Une attestation fiscale vous sera fournie pour votre déclaration de revenus.
Partager

Aide à domicile - Règles de fonctionnement


CE QUE L'AIDE A DOMICILE PEUT FAIRE

L'aide à domicile accomplit au domicile de la personne aidée les tâches qui lui sont indiquées par le responsable de l'association, en fonction du plan d'aide qui a été déifni au préalable avec elle.

> LE MENAGE COURANT : toutes les tâches ménagères d'entretien du logement (laver la vaisselle, faire le lit, passer l'aspirateur, dépoussiérer les meubles, nettoyer les sols, les portes, les miroirs, ranger, nettoyer l'intérieur du réfrigérateur et des placards, laver les vitres, etc....

> LE LINGE : laver, repasser et raccommoder le linge si le matériel nécessaire est mis à disposition.

> LES REPAS : préparer les repas, participer avec la personne aidée à l'élaboration des menus, aider à manger en cas de besoin, et s'assurer qu'elle dispose d'une réserve suffisante de denrées.

> LES COURSES : accompagner la personne aidée aux courses (alimentaires, achats de produits d'entretien et de médicaments) ou effectuer ses courses, avec son véhicule. Le ticket de ciasse ou la facture relatifs aux achats doit impérativement lui être remis. Un engagement en retour : régler les frais de déplacement mensuellement.

> AIDES : aider à la toilette, à l'habillage et au déshabillage, aide à la prise de médicaments lorsque cette prise est laissée, via une ordonnance, par le médecin prescripteur et le semainier préparé par l'infirmière. Aide et accompagnement dans les sorties et les promenades. Aide à l'autonomie.

> PRESENCE ET SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE : soutien moral et lien avec l'entourage et l'environnement de la personne aidée.

> CONSEILS : aide dans les démarches administratives simples (courriers, sécurité sociale, mairie, médecin, pharmacie, etc.)

> SECURITE : veiller à la sécurité de la personne aidée chez elle et autour d'elle, veiller à son bien-être physique et moral, avertir l'association, son médecin et ses proches si elle rencontre un problème. Utiliser un lève-personne pour l'aider à faire sa toilette si nécessaire.

> GARDE D'ENFANTS A DOMICILE : conduire et rechercher les enfants à l'cole, aider à l'éveil, jeux, activités, promener les enfants, préparer les repas, goûters et biberons, effectuer leur bain, les habiller, les aider aux devoirs.

> GARDE A DOMICILE DE TOUS (de jour et de nuit) : en cas de retour d'hospitalisaiton ou de maladie.


LES OBLIGATIONS DE LA PERSONNE AIDEE VIS A VIS DE L'ASSOCIATION ET DE L'AIDE A DOMICILE

> METTRE DU MATERIEL A DISPOSITION DE L'AIDE A DOMICILE
La personne aidée est tenue de laisser à l'aide à domicile, utilisées pour son travail, toutes les commodités dont elle dispose : machine à laver, aspirateur...et de lui mettre à disposition tout produit ou matériel qui s'avérerait nécessaire : balai, torchons, chiffons, produits d'entretien....

> PREVENIR L'ASSOCIATION EN CAS D'ABSENCE OU DE RETOUR DE LA PERSONNE AIDEE AU DOMICILE, DANS LES MEILLEURS DELAIS
L'heure sera facturée même non accomplie, dans la mesure où il y aura eu déplacement de l'aide à domicile, sauf hospitalisation ou cas de force majeure.

> NE PAS MODIFIER LES HORAIRES D'INTERVENTION DE L'AIDE A DOMICILE
En cas d'évolution des besoins ou d'aggravation, prévenir le service pour revoir les horaires de passage de l'aide à domicile.

> SIGNER MUTUELLEMENT (la personne aidée et le personnel d'intervention) les feuilles de présence de l'aide à domicile après chaque intervention.

> DESIGNER UNE PERSONNE DE CONFIANCE qui servira de lien privilégié avec l'association. Elle sera contactée lorsque la personne aidée souhaitera l'avis d'un tiers pour toute décision vous concernant.

> TENIR ELOIGNES LES ANIMAUX DOMESTIQUES lors des interventions des agents à domicile. Nous rappelons que la vaccination est obligatoire, qu'en cas de morsure la responsabilité du propriétaire de l'animal sera engagée.

LES OBLIGATIONS DE L'AIDE A DOMICILE VIS A VIS DE L'ASSOCIATION

> PORTER UNE TENUE CORRECTE
L'association a fourni aux salariées des blouses. Ces blouses indiquent le nom et la fonction de la salariée et doivent être impérativement portées. Des gants à usqge unique sont remis à la salariée.

> RESPECTER IMPERATIVEMENT LES HORAIRES DU PLANNING
Ceux-ci sont élaborés par l'association. Les aides à domicile ne peuvent y apporter de modifications qu'après en avoir obtenu l'autorisation. Prévenir le service de tout changement dans les plus brefs délais.

> PREVENIR L'ASSOCIATION
En cas d'absence d'un bénéficiaire au moment de l'intervention

> RESPECTER LE SECRET PROFESSIONNEL ET GARANTIR LA PLUS GRANDE DISCRETION sur tout ce qui a pu être vu ou entendu chez la personne aidée. L'aide à domicile a une obligation de réserve vis à vis des idées politiques, religieuses, idéologiques de la personne aidée, ainsi que de ses propres idées.

> RENDRE COMPTE DE SON INTERVENTION
Par la signature de la fiche de présence par le bénéficiaire.


CE QUE L'AIDE A DOMICILE NE PEUT PAS FAIRE

> LE MENAGE PARTICULIER : lessiver les plafonds et les murs. Décaper les planchers, etc...

> SECURITE :
Effectuer des travaux en hauteur au-delà d'une hauteur de deux mètres.
Déplacer des charges lourdes, la limite est fixée à des charges inférieures à 15 kg.
D'utiliser un appareil non conforme aux normes de sécurité.
D'utiliser des produits dangereux, hormis les produits d'entretien courant.

> FORMELLEMENT INTERDIT :
De mettre des bandes de contention. Il s'agit d'un acte infirmier.
De faire la manucure, pédicure. Ce geste comporte un risque notamment lors de pathologies comme le diabète (traitement post anti-coagulant).
De pratiquer des aspirations endo-trachéales, de faire des lavements évacuateur type microlax, normacol, de faire des pansements, de faire des soins de plaies, de faire la toilette intime quand la personne aidée a une sonde à demeure, de poser un pénilex, de vider la poche à urine d'une sonde à demeure.

> GRATIFICATION :
Accepter une gratification quelle qu'en soit la nature, de la part de la personne aidée, emprunter quoi que ce soit (argent ou objet) sous peine de sanction.

> PROCURATION pour opération financière :
Les seules relations financières entre l'agent et la personne aidée sont celles realtives aux courses.

> ACTIVITES PERSONNELLES :
Il est interdit d'effectuer au domicile de la personne aidée des travaux qui leur sont personnels. D'entretenir des conversations téléphoniques personnelles pendant l'intervention, y compris avec son propre téléphone, excepté pour raison de service.

En cas de doute sur les tâches demandées, n'hésitez pas à contacter l'association.


Partager

Guide pratique de l'aide à domicile



giude_pratique1

giude_pratique2


guide_pratique3
Partager

Chartes - Aide à domicile


CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE AIDEE

Article 1 : Principe de non-discrimination
Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et d'accompagnement, prévues par la loi, nul ne peut faire l'objet d'une discrimination à raison de son origine, notamment ethnique ou sociale, de son apparence physique, de ses caractéristiques génétiques, de son orientation sexuelle, de son handicap, de son âge, de ses opinions et convictions, notamment politiques ou religieuses, lors d'une prise en charge ou d'un accompagnement, social ou médico-social.

Article 2 : Droit à une prise en charge ou à un accompagnement adapté
La personne doit se voir proposer une prise en charge ou un accompagnelent, individualisé et le plus adapté possible à ses besoins, dans la continuité des interventions.

Article 3 : Droit à l'information
La personne bénéficiaire de prestations ou de services a droit à une information claire, compréhensible et adaptée sur la prise en charge et l'accompagnement demandés ou dont elle bénéficie ainsi que sur ses droits et sur l'organisation et le fonctionnement de l'établissement, du service ou de la forme de prise en charge ou d'accompagnement. La personne doit également être informés sur les associations d'usagers oeuvrant dans le même domaine.
La personne a accès aux informations la concernant dans les conditions prévues par la loi ou la réglementation. La communication de ces informations ou documents par les personnes habilitées à les communiquer en vertu de la loi s'effectue avec un accompagnement adapté de nature psychologique, médicale, thérapeutique ou socio-éducative.

Article 4 : Principe du libre choix, du consentement éclairé et de la participation de la personne
Dans le respect des dispositions légales, des décisions de justice ou des mesures de protection judiciaire ainsi que des décisions d'orientation :
1er - La personne dispose du libre choix entre les prestations adaptées qui lui sont offertes soit dans le cadre d'un service à son domicile, soit dans le cadre de son admission dans un établissement ou service, soit dans le cadre de tout mode d'accompagnement ou de prise en charge.

2ème - Le consentement éclairé de la personne doit être recherché en l'informant, par tous les moyens adaptés à sa situation, des conditions et conséquences de la prise en charge et de l'accompagnement et en veillant à sa compréhension.

3ème - Le droit à la participation directe, ou avec l'aide de son représentant légal, à la conception et à la mise en oeuvre du projet d'accueil et d'accompagnement qui la concerne lui est garanti.
Lorsque l'expression par la personne d'un choix ou d'un consentement éclairé n'est pas possible en raison de son jeune âge, ce choix ou ce consentement est exercé par la famille ou le représentant légal auprès de l'établissement, du service ou dans le cadre des autres formes de prise en charge et d'accompagnement. Ce choix ou ce consentement est également effectué par le représentant légal lorsque l'état de la personne ne lui permet pas de l'exercer directement. Pour ce qui concerne les prestations de soins délivrées par les établissements ou services médico-sociaux, la personne bénéficie des conditions d'expression et de représentation qui figurent au code de la santé publique.
La personne peut être accompagnée de la personne de son choix lors des démarches nécessitées par la prise en charge ou l'accompagnement.

Article 5 : Droit à la renonciation
La personne peut à tout moment renoncer par écrit aux prestations dont elle bénéficie ou en demander le changement dans les conditions de capacités, d'écoute et d'expression ainsi que de communication prévues par la présente charte, dans le respect des décisions de justice ou mesures de protection judiciaire, des décisions d'orientation et des procédures de révision existantes en ces domaines.

Article 6 : Droit au respect des liens familiaux
La prise en charge ou l'accompagnement doit favoriser le maintien des liens familiaux et tendre à éviter la séparation des familles ou des fratries prises en charge, dans le respect des souhaits de la personne, de la nature de la prestation dont elle bénéficie et des décisions de justice. En particulier, les établissements et les services assurant l'accueil et la prise en charge ou l'accompagnement des mineurs, des jeunes majeurs ou des personnes et familles en difficultés ou en situation de détresse prennent, en relation avec les autorités publiques compétentes et les autres intervenants, toute mesure utile à cette fin.
Dans le respect du projet d'accueil et d'accompagnement individualisé et du souhait de la personne, la participation de la famille aux activités de la vie quotidienne est favorisée.

Article 7 : Droit à la protection
Il est garanti à la personne comme à ses représentants légaux et à sa famille, par l'ensemble des personnels ou personnes réalisant une prise en charge ou un accompagnement, le respect de la confidentialité des informations la concernant dans le cadre des lois existantes.
Il lui est également garanti le droit à la protection, le doirt à la sécurité, y compris sanitaire et alimentaire, le droit à la santé et aux soins, le droit à un suivi médical adapté.

Article 8 : Droit à l'autonomie
Dans les limites définies dans le cadre de la réalisation de sa prise en charge ou de son accompagnement et sous réserve des décisions de justice, des oblogations contractuelles ou liées à la prestation dont elle bénéficie et des mesures de tutelle ou de curatelle renforcée, il est garanti à la personne la possibilité de circuler librement. A cet égard, les relations avec la société, les visites dans l'institution, à l'extérieur de cell-ci, sont favorisées.
Dans les mêmes limites et sous les mêmes réserves, la personne résidente peut, pendant la durée de son séjour, conserver des biens, effets et objets personnels et, lorsqu'elle est majeure, disposer de son patrimoine et de ses revenus.

Article 9 : Principe de prévention et de soutien
Les conséquences affectives et sociales qui peuvent résulter de la prise en charge ou de l'accompagnement doivent être prise en considération. Il doit en être tenu compte dans les objectifs individuels de prise en charge et d'accompagnement.

Le rôle des familles, des représentants légaux ou des proches qui entourent de leurs soins la personne accueillie doit être facilité avec son accord par l'institution, dans le respect du projet d'accueil et d'accompagnement individualisé et des décisions de justice.

Les moments de fin de vie doivent faire l'objet de soins, d'assistance et de soutien adaptés dans le respect des pratiques religieuses ou confessionnelles et convictions tant de la personne que de ses proches ou représentants.

Article 10 : Droit à l'exercice des droits civiques attribués à la personne accueillie
L'exercice effectif de la totalité des droits civiques attribués aux personnes accueillies et des libertés individuelles est facilité par l'institution, qui prend à cet effet toutes mesures dans le respect, si nécessaire, des décisions de justice.

Article 11 : Droit à la pratique religieuse
Les conditions de la pratique religieuse, y compris la visite de représentants des différentes confessions, doivent être facilitées, sans que celles-ci puissent faire obstacle aux missions des établissements ou services. Les personnels et les bénéficiaires s'obligent à un respect mutuel des croyances, convictions et opinions. Ce droit à la pratique religieuse s'exerce dans le respect de la liberté d'autrui et sous réserve que son exercice ne trouble pas le fonctionnement normal des établissements et services.

Article 12 : Respect de la dignité de la personne et de son intimité
Le respect de la dignité et de l'intégrité de la personne est garanti.
Hors la nécessité exclusive et objective de la réalisation de la prise en charge ou de l'accompagnement, le droit à l'intimité doit être préservé.
JORF N°234 du 9 octobre 2003 - Arrêté du 8 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, mentionnée à l'article L.311-4 du code de l'action sociale et des familles.


CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE AGEE EN SITUATION DE HANDICAP OU DE DEPENDANCE

La Fondation Nationale de Gérontologie (FNG) a révisé la charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance. La version 2007 de la Charte approfondi entre autres la notion de "dépendance" et élargit la perspective en intégrant la notion de "handicap".

La vieillesse est une téape de l'existence pendant laquelle chacun poursuit son accomplissement.

Les personnes âgées, pour la plupart, restent autonomes et lucides jusqu'au terme de leur vie. Au cours de la vieillesse, les incapacités surviennent à une période de plus en plus tardive. Elles sont liées à des maladies ou des accidents, qui altèrent les fonctions physiques et/ou mentales.

Même en situation de handicap ou de dépendance, les personnes âgées doivent pouvoir continuer à exercer leurs libertés et leurs droits et assumer leurs devoirs de citoyens.

Leur place dans la cité, au contact des autres générations et dans le respect des différences, doit être reconnue et préservée.

Cette Charte a pour objectif d'affirmer la dignité de la personne âgée en situation de handicap ou devenue dépendante eet de rappeler ses libertés et ses droits ainsi que les obligations de la société à l'égard des plus vulnérables.

Principes généraux
1. Choix de vie : Toute personne âgée devenue handicapée ou dépendante est libre d'exercer ses choix dans la vie quotidienne et de déterminer son mode de vie.
2. Cadre de vie : Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit pouvoir choisir un lieu de vie - domicile personnel ou collectif adapté à ses attentes et à ses besoins.
3. Une vie sociale et culturelle : Toute personne âgeé en situation de handicap ou de dépendance conserve la liberté de communiquer, de se déplacer et de participer à la vie en société.
4. Présence et rôle des proches : Le maintien des relations familiales, des réseaux amicaux et sociaux est indipensable à la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance.
5. Patrimoine et revenus : Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit pouvoir garder la maîtrise de son patrimoine et de ses revenus disponibles.
6. Valorisation de l'activité : Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit être encouragée à conserver des activités.
7. Liberté de conscience : Toute personne doit pouvoir participer aux activités associatives ou politiques ainsi qu'aux activités religieuses et philosophiques de son choix.
8. Préservation de l'autonomie et prévenir : La prévention des handicaps et de la dépendance est une nécessité pour la personne qui vieillit.
9. Droits aux soins et à la compensation du handicap : Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit avoir accès aux conseils, aux compétences et aux soins qui lui sont utiles.
10. Qualification des intervenants : Les soins et les aides de compensation des handicaps que requièrent les personnes malades chroniques doivent être dispensés par des intervenants formés, en nombre suffisant, à domicile comme en institution.
11. Respect de la fin de vie : Soins, assistance et accompagnement doivent être procurés à la personne âgée en fin de vie et à sa famille.
12. La recheche : une priorité et un devoir : La recherche multidisciplinaire sur le vieillissement, les maladies handicapantes liées à l'âge et les handicaps est une priorité. C'est aussi un devoir.
13. Exercice des droits et protection juridique de la personne vulnérable : Toute personne en situation de vulnérabilité doit voir protégés ses biens et sa personne.
14. L'information : L'information est le meilleur moyen de lutte contre l'exclusion.

 

Partager

Enquête de satisfaction



enquetesatisfaction



numeros_utiles
Partager

Connexion